Goshin-jutsu

Qu'on le nomme "Goshin-Jutsu" ou "Goshin-Budo" on parle du même art martial. Disons que, "jutsu" fait davantage référence à une pratique opérative, fonctionnelle, tandis que "budo" désigne l'aspect davantage spéculatif, servant à l'accomplissement de soi, au travers de la voie martiale.

Le Goshin-jutsu selon certains auteurs est l'ancêtre de l'Aïkido.

Sur la photo, une projection développée en Goshin-jutsu

Une approche intégrative du Goshin-Jutsu Karaté-Do permet une étude riche, diversifiée, ouverte de techniques. 

L'enseignement du Goshin-Jutsu au CKT de La Vanaude intègre des références aux pratiques traditionnelles que sont :

- le Ju-Jutsu traditionnel japonais 

- l'Aïki-Budo 

- la pratique des armes anciennes : Bokken, Tanto, Jo

 

Le Dojo permet aux pratiquants d'accéder à des grades de ceintures noires reconnus/délivrés par le Japon (Zen Nihon Budo Kyokaï).  

 

F. Masseix, par ailleurs titulaire du 7ème Dan-JBA de Ju-Jutsu, est chef-instructeur en France chargé du développement AJBA. Tout grade obtenu dans le cadre des activités du CKT La Vanaude est - de fait - reconnu directement par le Japon. 

 


Travail combinant le Kobudo (armes tradtionnelles anciennes) et le Goshin-Jutsu.

Sur la photo, en 2006, F. Masseix avec K. O'connor, Directeur technique de la Bushi Kobu Jutsu Kyokaï, organisation internationale à vocation de conservation du patrimoine des arts martiaux traditionnels japonais.  

Séminaire national, 2002, Paris

 

Séminaire international, 2006, Paris